Témoignages Recueillis auprès de bénévoles en soins paliatifs

« Cette formation m’a permis de prendre conscience que je fais interférer mes besoins personnels dans l’accompagnement, et qu’ainsi, je ne donne pas tout l’espace à l’autre. J’en suis repartie avec cette perle : « je suis suffisante et peux être là, juste là, et être ». J’ai vécu les exercices associant le toucher comme des moments précieux où l’on part de son cœur, laissant la tendresse circuler dans ses bras, ses mains, passant la frontière de l’autre, et expérimentant combien le moment où l’on se pose sur la terre sacrée de l’autre et où l’on en repart sont des moments qui invitent à la délicatesse. L’accompagnement bénévole que j’ai fait dans les jours qui ont suivi auprès d’un monsieur très âgé qui me demande de me prendre dans ses bras à chacune de mes arrivées et de mes départs en a été imprégné.« 

C.

« Comme tous les participants, j’ai beaucoup apprécié cette journée très dense et intense.
La dyade du matin où nous ne devions manifester aucune réaction en écoutant la personne en vis à vis, m’a permis de mettre en évidence, en devant les taire, toutes les pensées parasites qui me coupaient de la vraie écoute de l’autre.
Les trois massages successifs dont nous ignorions les « donneurs » ont été source de grande surprise quand j’ai ouvert les yeux… Ah ! Les a priori !
La dyade de l’après-midi a mis en évidence le fait que je reçois nettement les émotions de l’autre en le touchant, et que la confiance qui préexistait, en est accrue.
Merci encore pour l’humilité qui t’anime et ta simplicité dans la relation.
« 

Malou, coordinatrice des formations continues de Passages-Aix.

« Cette journée fut pour moi émaillée de prises de conscience fondamentales qui vont désormais enrichir, non seulement mes accompagnements, mais également ma vie quotidienne.
Je retiens entre autres choses sur le sujet propre de la journée, le Toucher dans l’accompagnement : je peux m’autoriser à toucher l’Autre dès lors que je perçois de sa part les signes d’une autorisation à le faire car la plupart du temps ce toucher est bénéfique, thérapeutique et en quelque sorte « attendu »; être touché avec bienveillance, donc respect, c’est être reconnu dans son humanité, c’est être accepté (différent de « aimé »).
Merci encore pour la délicatesse et la « fraîcheur » de ton accompagnement tout au long de cette journée. Merci aussi pour la délicatesse que tu as instillée dans l’approche pédagogique. Merci pour tout.
« 

Ch.

D’emblée, Cathy a su nous mettre à l’aise par sa présence attentive et bienveillante avec des exercices intéressants qui nous ont fait explorer par le souffle la justesse des gestes du toucher par l’intention sans la tension.
Elle nous a aussi laissé découvrir l’importance de ne pas nécessairement « vouloir montrer â l’autre » ce que l’on ressent mais davantage de vivre vraiment son geste de l’intérieur de soi dans la sincérité de l’intention
. »

E.D.